Le régime Crétois

"Les olives et l'huile contribuent pour une grande partie à la vitalité de l'organisme du Crétois. Quant au visiteur étranger, il a l'impression que les plats crétois nagent proprement dans l'huile."

Fondation Rockfeller, 1948

L'HUILE COMME BASE ALIMENTAIRE

L'huile d'olive dans l'alimentation crétoise

L'alimentation des Crétois est considérée de nos jours comme le meilleur exemple de régime méditerranéen. Les chercheurs découvrent que les Crétois ont un taux de maladies cardio-vasculaires et de cancers extrêmement bas. Et le rôle le plus important dans l'alimentation crétoise se trouve être tenu par l'huile d'olive.

L'étonnement des voyageurs qui voyaient les crétois consommer l'huile d'olive par litre était parfaitement justifié : une famille crétoise du début du siècle consommait en moyenne 350 kilos d'huile par an ! Les crétois, dont la nourriture baignait dans l'huile, avaient la meilleure santé au niveau mondial. Les néoplasies étaient rares, d'un taux inférieur à toute les autres régions où elles avaient été étudiées, et les maladies cardio-vasculaires étaient presque inconnues en Crète. La fondation américaine Rockfeller écrivait dans les années 40 : "La consommation d'huile d'olive est très importante. Une telle consommation constitue une caractéristique particulière du régime crétois, c'est la plus importante -et de loin- de toute la Grèce…"

Il ne s'agit pas uniquement des salades, des soupes et des légumes ; l'utilisation d'un autre type de graisse dans le régime crétois est parfaitement accidentelle.

L'HUILE D'OLIVE POUR LA SANTÉ

L'étude des 7 pays

L'étude des 7 pays du scientifique Ancel Keys, au cours des années 50, a mis en lumière la consommation d'huile d'olive beaucoup plus importante en Crête que celle d'autres régions méditerranéennes ou d'autres pays plus au nord. En effet, la consommation de graisse en Crète, dans les autres pays de la méditerranée, aux Pays-Bas et aux États-Unis était respectivement de 95 g, 60 g, 79 g et 33 g par jour et par personne. Cette graisse était presque exclusivement de l'huile d'olive en Crète et dans les autres pays méditerranéens, d'autres huiles aux États-Unis et presque exclusivement du beurre ou d'autres graisses animales aux Pays-Bas. Encore aujourd'hui, on notera la stabilité dans l'utilisation de l'huile d'olive, malgré les très grands changements culturels et alimentaires qui se sont produits dans tous les pays méditerranéens ces dernières années.

Sur la durée de l’étude, la mortalité toute cause confondue la plus importante fut en Finlande et la moins importante en Crête avec deux fois moins de décès. Le plus marquant fut l’analyse de la proportion de décès pour cause de maladies cardio-vasculaires. Il atteint presque 45 % aux États-Unis contre 1,4 % en Crète ! Les conclusions, bien que l'étude soit très controversée, montrent l’importance du mode d'alimentation sur le développement de maladies cardio-vasculaires et l’impact bénéfique pour la santé de la consommation de graisses insaturées présentes dans l'huile d'olive.

Dans les années 80, Serge Renaud découvre le "Paradoxe Français" et révèle que les individus ayant déjà été victimes d’un premier infarctus et qui adoptaient une alimentation de type crétoise avaient un taux d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux réduit de 75 %, tandis que le groupe soumis seulement à une diète faible en matières grasses ne connaissait qu'une réduction de 25 %. Cette étude fut publiée en 1994 et a lancé la popularité mondiale du régime Crétois.

Figure 1
Mortalité coronarienne exprimée en nom bre de décès pour 1000 années de suivi,après 15 ans dans l'étude des 7 pays.

étude huile d'olive de Crète

Figure 2
Consommation d'huile d'olive en gramme par jour et par habitant.

étude huile d'olive de Crète consommation
Huile d'olive de Crète

MISE EN APPLICATION

Le régime crétois en pratique

Le régime alimentaire crétois des années 1950 était basé sur les produits locaux et saisonniers. Les crétois consomment de grandes quantités de légumes verts, crus ou cuits, ainsi que des légumineuses, les herbes locales comme le dictame ou l'origan, du pain au blé complet ou à l’orge et des fruits frais. Les fromages et autres produits laitiers, tout comme les poissons et la volaille étaient consommés dans des quantités modérées, la viande rouge une fois par semaine, et l'apport en graisse était quasiment exclusivement l’huile d’olive, dont la quantité de consommation avait impressionné Keys.

La bonne santé des Crétois ne reposait pas uniquement sur l’alimentation, mais aussi sur un mode de vie qui comprenait des activités physiques intenses, des repas à heures fixes d’un ou deux verres de vin et de raki.

La présence d'acides gras mono-insaturés de l'huile d'olive et la faible quantité d'acides gras saturés permet de faire diminuer le taux de cholestérol ainsi que l'obstruction des artères. De plus, les fruits et légumes frais et de saison, notamment les agrumes, consommés en grande quantité ainsi que le vin rouge contenant des tanins sont une importante source d'antioxydants qui luttent contre les maladies liées à l'âge.